Parc national de Komodo – Indonésie

Le parc national de Komodo, situé entre Sumbawa et Flores, a été fondé en 1980 dans le but de protéger le dragon Komodo, un dragon menacé d’extinction. Comme le parc n’est pas seulement le dernier sanctuaire du dragon de Komodo, mais aussi une zone unique de biodiversité marine, il est devenu une réserve de l’homme et de la biosphère en 1986 et a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1991. Avec sa richesse sous-marine exceptionnelle, il n’est pas surprenant que le parc soit l’une des plus belles destinations de plongée sous-marine au monde.

D’une superficie de 1 817 km², le parc comprend l’île de Komodo, l’île Rinca, l’île Padar et de nombreuses petites îles. Les fameux lézards géants, uniques au Parc National de Komodo, ne sont pas seulement d’un grand intérêt pour les touristes, mais aussi pour les scientifiques qui étudient la théorie de l’évolution.

Les Autochtones du Parc

Le parc national de Komodo abrite environ 3 500 personnes qui vivent dans quatre villages. Le village de Komodo, sur l’île de Komodo, est le plus grand; les autres sont le Village Rinca et le village Kerora, sur l’île de Rinca; et le village Paparagan, sur l’île de Paparagan. La plupart des habitants du parc national de Komodo vivent de la pêche. Certaines personnes gagnent un revenu supplémentaire en sculptant des dragons Komodo en bois pour les vendre aux visiteurs sur l’île de Komodo, ou à l’aéroport et dans les hôtels de Labuan Bajo.

Lorsque Komodo est devenu un parc national en 1980, ces villages existaient déjà depuis environ 70 ans. Les origines du peuple sont relatives au Sultanat de Bima sur l’île de Sumbawa. La vie n’est pas facile pour eux: comme la population s’est massivement accrue au fil des ans, ils sont confrontés à de graves pénuries d’eau et de bois de chauffage. Par ailleurs, la pollution et la surpêche, en utilisant des méthodes destructrices comme la pêche à la dynamite, ont mis en danger la vie marine – la principale source de subsistance et de revenus des habitants de Komodo.

 

 

Le dragon de Komodo

Le dragon de Komodo (Varanus komodoensis) est le plus grand et aussi l’un des plus vieux lézards vivants du monde. Comme nous l’avons déjà mentionné, il ne peut être trouvé qu’à l’état sauvage dans le parc national de Komodo (plus précisément sur les îles de Komodo, Rinca, Nusa Kode et Gili Motang) et, dans une moindre mesure, sur les côtes ouest et nord de Flores. Les dragons adultes peuvent atteindre une longueur allant jusqu’ à trois mètres, avec un poids moyen d’environ 90 kg.

Vivant principalement en charogne, les dragons chassent aussi le cerf et le cochon sauvage, utilisant leur queue forte pour amener la proie au sol. Même s’ils paraissent plutôt inertes, les dragons peuvent accélérer jusqu’ à 18 kilomètres à l’heure pendant la chasse. Leur odorat est excellent et ils peuvent localiser leur proie à plusieurs kilomètres de distance. Une proie qui n’est pas tuée immédiatement mourra d’un empoisonnement sanguin à cause de la salive septique des dragons.

Le dragon de Komodo est un solitaire, vivant seul sauf durant les périodes d’accouplement qui ont généralement lieu pendant la saison sèche entre juin et août. Les dragons femelles enterrent leurs oeufs et veillent sur eux pendant une courte période avant de les laisser à leur sort. Après neuf mois, les nouveaux bébés dragons éclos grimpent immédiatement dans un arbre pour éviter la menace d’être dévorés par les dragons plus âgés et d’autres prédateurs. Ils vivent de petits lézards et mammifères, d’oiseaux et de leurs oeufs, ainsi que d’insectes. Dès qu’ils deviennent trop lourds pour les arbres, ils doivent retourner au sol pour atteindre l’âge adulte.

Une espèce en voie de disparition

Le mystère de la façon dont les énormes dragons ont trouvé leur chemin jusqu’ à Komodo et pourquoi on ne peut les trouver que là n’est pas encore clair, créant ainsi un terrain fertile pour des théories et des hypothèses non prouvées. Une théorie populaire suggère que les périodes de bas niveau de la mer ont permis aux dragons d’atteindre Flores par voie terrestre. En tant que reliques présumées de lézards géants disparus, ils n’ont survécu qu’en raison du manque d’ennemis naturels dans l’environnement isolé de ces îles. Avec moins de 2 500 lézards restants, le dragon de Komodo est maintenant inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le facteur le plus menaçant pour la survie est le braconnier qui minimise constamment la population du cerf du Timor, l’aliment de base du dragon Komodo.

Voir les dragons de Komodo

L’île de Komodo est l’attraction la plus visitée de Flores. Rinca, une île plus petite où l’on trouve aussi les dragons de Komodo, est une bonne alternative à l’île surpeuplée de Komodo. Il y a d’innombrables voyagistes à l’intérieur et à l’extérieur de Flores qui offrent des forfaits Komodo ou Rinca. De nombreux guides locaux et capitaines de bateaux attendent pour y emmener les visiteurs de Labuan Bajo.

Le parc national de Komodo sur la scène mondiale

Le Parc national de Komodo est devenu l’un des 28 finalistes officiels de la campagne mondiale « Les 7 nouvelles merveilles de la nature » lancée en 2007.

Un jour après le vote du 12 novembre 2011, il a été annoncé que le Parc National de Komodo est l’une des Sept Nouvelles Merveilles de la Nature.

Ajouter un commentaire